Éleveur & engagé : une démarche de soutien

Les différentes crises sur la rémunération des éleveurs ont conduit à la mise en place, en 2017, des États généraux de l’alimentation. Ceux-ci ont mis en avant l’urgence d’une meilleure valorisation des productions, ainsi que la nécessité de parvenir à une juste répartition de la valeur. C’est l’objectif de la démarche « Éleveur & engagé » que METRO est le premier grossiste à avoir mise en place.

Le label « Éleveur & engagé »

Eleveur et engagé - logo

Ce label, créé par la Fédération nationale bovine, permet à METRO de réaffirmer clairement son soutien à la production bovine française.

Le 9 Juillet 2019 METRO France a signé avec la Fédération Nationale Bovine et les Jeunes Agriculteurs la démarche « Éleveur & Engagé ». Depuis de nombreuses années METRO France a engagé un dialogue étroit et constructif avec le secteur de la production agricole française. Cet engagement concrétise la volonté de METRO de soutenir ses partenaires en leur assurant une juste rémunération et en proposant à ses clients des produits de qualité.

Des animations sont régulièrement réalisées dans nos entrepôts. Elles permettent aux éleveurs de parler de leur métier et de vous proposer une visite de leurs exploitations.

En privilégiant l’achat de ces viandes issues d’animaux essentiellement élevés en plein air dans des pâturages français, les professionnels de la restauration réalisent un acte citoyen. C’est aussi pour eux l’opportunité de se rapprocher de l’éleveur qui a produit la viande présentée sur leur carte, de s’ancrer dans une dynamique de terroir pour la valoriser auprès de leur clientèle.

Objectif de la démarche

Rémunérer les éleveurs à la juste valeur de leurs coûts de production. Concrètement, le prix des viandes de race n’est plus établi en fonction du cours du marché, souvent déconnecté de la réalité : un complément de prix garanti est reversé à l’éleveur.

En outre, la démarche permet de redynamiser le tissu économique local, ce qui est un vrai atout sur la carte des restaurateurs.

« Pour METRO, défendre la rémunération des éleveurs est une priorité. « Eleveur & Engagé » répond à cette problématique et nous sommes fiers d’être le premier grossiste à lancer cette action. »
Jean Noël Quilez, Chef de marché produits carnés

Actuellement déployée sur les entrepôts METRO de Nantes, Caen, Rouen, Rennes et Nanterre, cette démarche autour de la viande Charolaise devrait rapidement être déployée sur d’autres entrepôts.

Manger moins de viande mais mieux

Manger moins de viande pour manger mieux

La démarche « éleveur & engagé » vient renforcer le flexitarisme dont l’idée est de consommer moins de viande mais d’une qualité supérieure. Les consommateurs demandent toujours plus de transparence et de sécurité alimentaire. En contrepartie d’un prix payé plus juste à l’éleveur, ce dernier s’engage quant à lui sur un élevage responsable qui respecte la Charte des Bonnes Pratiques d’élevage.

Bien-être animal, conditions d’abattage et respect de l’environnement, le partenariat implique des conditions d’élevage et de traçabilité irréprochables pour atteindre une meilleure qualité.

Les 3 atouts de la démarche « Éleveur & engagé »

Équitable

Dans le cadre de cette démarche, la viande bovine issue de vaches allaitantes est rémunérée à un prix qui tient compte des coûts de production. C’est ainsi que l’éleveur n’est plus obligé de vendre à perte. La pérennité de l’élevage bovin rend le métier attractif, ce qui contribue à la conservation de l’activité et des services, permettant dès lors d’éviter les déserts ruraux.

Éthique

Son objectif est d’apporter une totale transparence dans les relations entre les éleveurs et les distributeurs. Un produit portant la signature « Éleveur & engagé » apporte de nombreuses garanties. Ce sont des conditions d’élevage respectueuses du bien-être animal, une valorisation des prairies et un juste prix d’achat à l’éleveur. Toutes ces mesures concourent à une excellente maturation du produit pour le plus grand plaisir du consommateur.

Durable

La valorisation des systèmes herbagers, formidables stockeurs de carbone, participe activement à la préservation de notre Terre. Cela permet aux éleveurs de fournir à leurs troupeaux une alimentation saine et produite localement. Ces derniers sont également attentifs à gérer au mieux les ressources en eau et en énergie. Enfin, le recyclage des déjections animales vient parfaire ce modèle d’élevage respectueux du monde animal et de l’environnement.

Les six engagements de la Charte des bonnes pratiques d’élevage

Agriculteur engagé

La démarche « Éleveur & engagé » vient renforcer le flexitarisme dont l’idée est de consommer moins de viande, mais d’une qualité supérieure. Elle concourt à rassurer les consommateurs qui demandent toujours plus de transparence et de sécurité alimentaire. En contrepartie d’un juste prix payé à l’éleveur, ce dernier s’engage quant à lui sur un élevage responsable selon la Charte des bonnes pratiques d’élevage en respectant les six points suivants :

Identification des bêtes

Chaque exploitant adhérant à la Charte procède à l’identification de ses bêtes (boucle à chaque oreille et passeport). Ce protocole permet d’assurer une traçabilité sans failles, depuis la naissance de l’animal jusqu’à l’assiette du consommateur.

Agriculteur dans son etable

Protection sanitaire du troupeau

C’est un respect total des règles sanitaires qui ont cours en France et qui permettent d’éviter la propagation des maladies contagieuses. L’éleveur suit les directives du vétérinaire et note tous les traitements qu’il administre à son bétail.

Garantie d’une alimentation saine, équilibrée et suivie

Les animaux sont nourris et abreuvés selon leurs besoins. Leur alimentation est produite sur l’exploitation. En cas d’insuffisance, l’éleveur donne à ses bêtes une nourriture qu’il achète et dont il connaît l’exacte provenance.

Agriculteur et ses vaches

Hygiène rigoureuse pour la qualité du lait

L’éleveur contrôle et entretient le local où se déroule la traite ainsi que le matériel utilisé et le lieu de stockage afin qu’ils soient toujours propres. En suivant régulièrement les résultats des analyses pratiquées sur son lait, il garantit un produit sain et de qualité.

Bien-être animal et sécurité des personnes

Le bien-être animal passant par de bonnes conditions de vie en tous lieux, l’éleveur veille à protéger les bêtes du stress et évite qu’elles se blessent. Il se préoccupe également de la sécurité du personnel qui intervient sur l’exploitation.

Protection environnement

Protection de l’environnement

Elle passe par le recyclage des fumiers et lisiers des animaux, ce qui permet de préserver la qualité de l’eau. Mais c’est aussi l’entretien des abords de l’exploitation, des économies d’eau et d’énergie et la gestion des déchets de l’élevage.

États généraux de l’alimentation et loi EGalim

Démarrés le 20 juillet 2017 et clôturés le 21 décembre de la même année, les États généraux de l’alimentation ont ouvert deux grands chantiers :

  • La création et la répartition de la valeur
  • Une alimentation saine, sûre, durable et accessible à tous

Ces deux objectifs ont donné lieu à la mise en place de 14 chantiers thématiques auxquels 700 personnes ont participé. Cela a permis de réunir le monde agricole et de la pêche, l’industrie agroalimentaire, la distribution, les consommateurs, la restauration collective…

À l’issue de ces États généraux de l’alimentation, la loi EGalim (loi n° 2018-938 du 30 octobre 2018 pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous) a été promulguée le 1er novembre 2018. Ses objectifs sont les suivants :

  • Une juste rémunération aux producteurs pour qu’ils puissent vivre dignement de leur travail
  • Un renforcement de la qualité sanitaire, environnementale et nutritionnelle des produits
  • Une alimentation saine, sûre et durable pour tous
  • Le renforcement du bien-être animal
  • La réduction de l’utilisation du plastique dans le domaine alimentaire

 

L’ensemble de ces avancées permet aujourd’hui d’envisager l’avenir du marché des produits carnés avec plus de sérénité.

C’est pourquoi METRO est devenu le premier grossiste à se lancer dans la filière « Éleveur & engagé » en déployant cette démarche autour de la viande de race charolaise dans ses entrepôts de Nanterre, Nantes, Caen, Rouen et Rennes.

envie de proposer à vos clients de la viande  « Éleveur & engagé » ?
Je commande ma viande éleveur&engagé en ligne