Proposer une carte courte à base de produits locaux
Temps de lecture:minutes
Proposer une carte courte à base de produits locaux
Le développement durable est plus que jamais d’actualité. En tant que chef d’entreprise responsable, vous devez bâtir votre offre en minimisant votre impact environnemental. Pour cela, proposez une carte courte à base de produits locaux.

UNE CARTE COURTE : SIGNE DE « FAIT MAISON »

1. Un phénomène de société

Apparue il y a une dizaine d’années, la tendance locavore s’est imposée dans les habitudes de consommation. En 2019, 82 % des Français privilégiaient l’achat de produits tricolores et 77 % l’approvisionnement de produits locaux, selon un sondage Ipsos.

Une tendance qui s’est accélérée pendant le confinement avec le retour aux commerces de proximité. Mettre le local au cœur de votre offre est donc un atout face à la concurrence.

2. La garantie de la qualité

Le sourcing dans un rayon de quelques dizaines de kilomètres assure la traçabilité des aliments. Les petits producteurs sélectionnés par les experts METRO garantissent une qualité gustative optimale de leurs produits.

Alors, plutôt que de servir des tomates toute l’année, adaptez votre carte à la saison. Des légumes primeurs au printemps, des courges en automne, des légumes-racines en hiver…

3. Un impact économique positif

Acheter des produits locaux auprès de vos fournisseurs favorise l’économie locale. Vous participez en effet au maintien de l’emploi dans votre territoire. Charcuterie, produits laitiers, fruits et légumes, épicerie, vous offrez des débouchés aux exploitations agricoles, mais aussi aux petites entreprises qui transforment les produits.

4. Un impact pollution réduit

Les circuits courts limitent les transports et donc les émissions de gaz à effet de serre. En vous approvisionnant à proximité de votre établissement, vous diminuez son empreinte carbone.

UNE CARTE COURTE : SIGNE DE « FAIT MAISON »

1. Une organisation simplifiée

Une carte courte ‒ par exemple trois entrées, trois plats, trois desserts ‒ devient une pratique courante. Elle garantit la fraîcheur des repas et rassure le client sur le fait que ces plats soient « faits maison ».

En limitant le nombre de propositions, une carte réduite facilite par ailleurs l’organisation du travail en cuisine, la gestion des stocks et limite le gaspillage.

2. Mettez en avant l’origine des ingrédients de vos plats

Évidemment, une carte courte limite la proposition pour les consommateurs. Vous devez donc la rendre alléchante. Communiquez votre démarche locale sur vos cartes en indiquant « 100 % local » par exemple.

Pour valoriser les ingrédients locaux des plats, mentionnez le nom des producteurs de vos fournisseurs : maraîcher, éleveur, fromager. Les clients attendent de plus en plus de connaître les hommes et les femmes qui ont produit ce qu’ils mangent.

Vous pouvez également préciser les IGP ou la provenance géographique : abricots du Roussillon, beurre d’Isigny, noisettes du Lot-et-Garonne, selon la région dans laquelle vous êtes établi…

3. Une carte tournante

Pour éviter de lasser vos clients, il faut instaurer une rotation régulière de votre carte. L’idéal est de la renouveler, au moins en partie, tous les jours.

Un client pourra ainsi revenir plusieurs fois dans la semaine sans se lasser. Vous pouvez utiliser un support qui transmet ce positionnement. Une carte plastifiée donne une impression d’offre statique. En revanche, une tablette à pince avec une feuille volante que vous renouvelez chaque jour insuffle du dynamisme.

Si vous possédez une terrasse, installez un panneau trottoir avec ardoise. Il sera l’idéal pour attirer les passants et les inciter à pousser la porte pour découvrir votre carte.