Les emplois saisonniers

Restaurateur - Les emplois saisonniers

Avec l’arrivée des beaux jours, votre restaurant va connaître un afflux de clients ? Pour leur réserver le meilleur accueil, vous projetez d’avoir recours à des contrats saisonniers cet été ? Voici quelques conseils pour utiliser au mieux ce contrat qui obéit à des règles précises.

Restaurateur - Les emplois saisonniers - Ce qu'il est bon de savoir
Restaurateur - Les emplois saisonniers - Ce qu'il est bon de savoir
Pour faire face au pic d’activité de chaque été, le CDD saisonnier représente une solution flexible et avantageuse, pour un restaurant qui souhaite renforcer ponctuellement ses effectifs.
Contrairement au CDD classique ou à l’intérim, cette formule n'ouvre pas droit à la prime de précarité de 10 % versée généralement au terme du contrat. Vous n’avez par ailleurs pas besoin de donner à un CDD saisonnier une date précise d'échéance. Au quel cas, il doit être conclu « pour la durée de la saison » et mentionner une durée minimale d'emploi, que vous fixez librement avec votre salarié.
Autre avantage : le CDD saisonnier est plus facilement renouvelable. Le contrat de travail peut en effet comporter une clause prévoyant sa reconduction d'une saison à l'autre. Il convient toutefois de savoir qu’au bout de trois reconductions consécutives, le contrat peut être re-qualifié en CDI.


Restaurateur - Les emplois saisonniers - Un champ d'application précis
Mais avant toute chose, commencez par vérifier que la saison est bien la cause directe de l’augmentation de l’activité de votre restaurant. Si la tâche à confier, se répète chaque année à une période fixe, alors oui, vous pourrez proposer un contrat saisonnier. En revanche, s’il s’agit d’une augmentation temporaire d’activité, il vous faudra proposer un CDD classique ou passer par l’intérim. Pour éviter les erreurs, assurez-vous que la durée du contrat est inférieure à la période d’ouverture de votre établissement et définissez une durée de contrat cohérente.


Restaurateur - Les emplois saisonniers - Un champ d'application précis
Restaurateur - Les emplois saisonniers - Un contrat comme les autres
Restaurateur - Les emplois saisonniers - Un contrat comme les autres
Les règles d’un CDD saisonnier restent les mêmes que pour tout autre emploi classique, avec un temps de travail de 35 heures par semaine, pouvant être augmenté à 48 heures avec rémunération des heures supplémentaires. Vous devez par ailleurs accorder à votre salarié un jour de repos hebdomadaire. Celui-ci peut également cumuler des congés payés. La rémunération minimale pour un contrat saisonnier est le SMIC. Les salariés de moins de 17 ans perçoivent 80% du SMIC, les 17/18 ans en obtiennent 90%.
La période d’essai se calcule à raison d’un jour par semaine en fonction du nombre de semaines travaillées. Soit au maximum 2 semaines pour les contrats de 6 mois et moins. Dès le 7e mois, elle est au maximum d’un mois. Durant cette période, vous et votre salarié pouvez rompre le contrat sans justification, en respectant un délai de prévenance allant de 24 à 48h. Au delà, le contrat ne peut être rompu par aucune des parties, sauf en cas de transformation du contrat en CDI, de faute lourde ou grave ou de cas de force majeure.


Restaurateur - Les emplois saisonniers - Attirer et fidéliser les bons éléments
Les restaurateurs le savent bien : recruter un bon saisonnier n’est pas toujours aisé ! Si vous le souhaitez, vous pouvez fournir à ces salariés un repas et un hébergement. Rien ne vous y oblige, mais ces avantages en nature sont un bon moyen d’attirer et de fidéliser de bons éléments, qui renverront la meilleure image de votre établissement à vos clients. Et qui sait peut-être reviendront–ils de nouveau vous porter main forte, dès l’été prochain ?


Restaurateur - Les emplois saisonniers - Attirer et fidéliser les bons éléments