Ouvrir une épicerie rurale : les pistes innovantes à suivre
Temps de lecture:4minutes
Ouvrir une épicerie rurale : les pistes innovantes à suivre
Le 10 octobre a lieu la journée du commerce de proximité et de l’artisanat. L’occasion de découvrir les épiceries locales qui innovent pour diversifier leurs activités et faire face aux défis du milieu rural.

POURQUOI LE COMMERCE DE PROXIMITÉ ALIMENTAIRE FONCTIONNE DANS LES CAMPAGNES ?

57% de la population urbaine espère quitter la ville pour la campagne. Une réaction au confinement ? Pas uniquement. Ces chiffres datent effectivement d’un sondage IFOP réalisé en avril 2019. La situation sanitaire renforce cependant la tendance. On estime ainsi aujourd’hui que près de 10% des Français souhaitent changer de logement, dont une grande part de “jeunes”. 21% des 18-24 ans veulent ainsi vivre en zone rurale (Chiffres PAP).


Cette nouvelle tendance en rejoint une autre : l’attrait croissant pour la campagne. L’Institut pour la ville et le commerce estime ainsi que l’arrivée de nouveaux habitants dans les campagnes va entraîner une croissance de la demande auprès des commerçants alimentaires de proximité. Cette nouvelle population rurale, plus jeune, recherche en outre l’authenticité d’une consommation locale en circuit court.


Les voyants sont donc au vert pour les petits épiciers de village. D’autant plus que les collectivités sont de plus en plus sensibilisées aux problématiques de désertification commerciale et alimentaire. Il existe d’ailleurs des subventions comme l’aide à la création et au développement du commerce de proximité en France. Ces aides permettent d'investir dans de nouveaux concepts commerciaux.

ÉPICERIE DE PROXIMITÉ : NOUVEAUX CONCEPTS QUI FONCTIONNENT

Parier sur la rentabilité des épiceries multiservices

De plus en plus d’épiciers indépendants investissent dans le multiservice pour fidéliser la clientèle. Cette stratégie permet de s’appuyer sur des revenus alternatifs liés à des activités secondaires :

  • bureau de tabac ;
  • point presse ;
  • boulangerie d’appoint ;
  • service postal ;
  • distributeur automatique.

Les commerçants implantés dans une commune qui bénéficie de flux pendulaires (trajets domicile-travail) peuvent aussi miser sur un espace café. 


Rester ouvert le soir permet également d’offrir des produits frais aux conducteurs qui font leurs courses en revenant du centre-ville.

Se lancer dans les épiceries solidaires

La pandémie de coronavirus implique un accroissement des inégalités économiques. Le développement d’épiceries sociales, coopératives, participatives, solidaires, et plus généralement de commerces de proximité sociaux, a donc un réel intérêt. 


Le concept ? Pour pouvoir acheter les produits et bénéficier de prix attractifs, les clients doivent adhérer et donner de leur temps quelques heures par semaine. Les caissiers, chefs de rayon, comptables… sont ainsi souvent bénévoles.


En tant qu’organismes à but non-lucratif, ces structures profitent également de subventions gouvernementales pour se lancer plus facilement. 

S’intéresser à la nouvelle génération d’épiceries rurales

Avec l’épidémie de coronavirus, c’est aussi sur les commerces de proximité connectés qu’on peut parier. Les drives ont par exemple connu une croissance phénoménale avec la crise sanitaire, notamment les drives de boulangerie. Ils permettent effectivement de mieux respecter les gestes barrières. En moyenne, on estime qu’ils ont vu leur chiffre d’affaires augmenter de 80 % pendant le confinement (chiffres LSA).


Diversifier ses activités commerciales en proposant un drive s’inscrit donc dans une vraie tendance sociétale. C’est aussi une façon de redynamiser le lien social autour d’un commerce alimentaire en circuit court, fait de produits locaux. 


La dernière bonne idée pour une épicerie rurale innovante consiste à proposer un service de livraison à domicile. Les zones rurales voient se développer une série de petits commerces indépendants motorisés. L’appli auvergnate PILE-ICI surfe d’ailleurs sur cette tendance. Elle propose aux habitants des campagnes de recevoir une alerte sur leurs smartphones quand un commerçant arrive à proximité de leur logement. Ce type de concept digital permet de moderniser la relation client et de contourner les difficultés liées au COVID-19. 

ADAPTER SON COMMERCE À LA CRISE DU COVID-19

De façon générale, il faut en ce moment penser son commerce de proximité en fonction des gestes barrières. Quelques idées permettent de se distinguer dans ce domaine :

  • la pré-réservation de produits en ligne ;
  • les distributeurs extérieurs de produits locaux ;
  • les systèmes de file d’attente virtuelle ;
  • le paiement sans contact ou à distance.
Les nouvelles épiceries rurales sont donc plus locales, plus multi-services, plus collaboratives et se rapprochent encore plus des clients grâce à la livraison. En résumé, ces commerces sont devenus des lieux de vies, des points de rendez-vous qui donnent envie aux clients de s’y rendre régulièrement.