Ouvrir un restaurant : comment financer son projet ?
Temps de lecture:7minutes
Ouvrir un restaurant : comment financer son projet ?
Local, travaux d’aménagement, équipement de la salle et de la cuisine… Difficile de couvrir en fonds propres tous les investissements nécessaires à l’ouverture d’un restaurant. De multiples sources existent pour compléter votre apport personnel. Tour d’horizon.

Évaluer ses besoins avant la recherche de financements

Pour réunir les fonds nécessaires pour ouvrir un restaurant, la première étape est d’évaluer la somme à réunir. Listez toutes les dépenses à venir : achat ou location du local, aménagement de l’établissement, équipement de la cuisine et de la salle, mais aussi constitution du stock, recrutement, communication…

 

Outre la création de l’établissement, vous devez songer aux coûts de constitution d’une entreprise, comme les frais d’immatriculation au répertoire des métiers (environ 200 euros). Une fois vos besoins définis, vous pouvez vous lancer dans la recherche de fonds ! Pour cela, plusieurs options sont envisageables.

Financer l’ouverture de son restaurant avec un prêt

Contracter un prêt est l’une des solutions possibles pour lancer la création de votre entreprise. Il existe différentes formes d’emprunt répondant à vos différents besoins.
Poignée de mains

Le crédit bancaire : un emprunt pour la création d’entreprise

Vous pouvez prendre rendez-vous avec votre banquier afin de contracter un prêt pour ouvrir un restaurant. Les établissements bancaires se montrent exigeants.

 

Vous devrez donc présenter un concept précis, un business plan solide et des fonds propres. En général, les banques attendent un apport personnel de 50 %, mais elles peuvent accorder le prêt à partir de 30 % d’apport personnel si elles jugent le projet porteur.

Le crédit-bail : la solution pour financer le local du restaurant

Le crédit-bail immobilier permet de louer des locaux auprès d’une banque. Il est constitué d’un contrat de location et parfois d’un contrat de vente. Dans ce cas, à l’issue du contrat de location, l’entrepreneur a une option d’achat sur le bien.

 

Le crédit-bail mobilier, appelé « leasing », est le même dispositif mais pour louer, cette fois, du matériel. L’avantage c’est que vous n’avez pas besoin de débourser immédiatement l’intégralité de la valeur de l’équipement pour ouvrir un restaurant, comme vous devriez le faire pour un achat.

Le microcrédit professionnel : une solution pour les entrepreneurs en difficulté

Réservé aux personnes aux faibles revenus ou en situation de précarité, le microcrédit professionnel est destiné à aider les porteurs de projet. D’un montant maximum de 10 000 euros, il est accordé par l’ADIE (Association pour le droit à l’initiative économique). Attention, une personne doit se porter caution à hauteur de 50 % du microcrédit accordé.

Le prêt-brasseur : un partenariat avec le fournisseur

Également appelé « contrat de bière », le prêt-brasseur est une aide financière ou matérielle accordée par un brasseur ou un grossiste en boissons au secteur CHR. Il permet ainsi d’installer par exemple une pompe à bière, une machine à café ou d’équiper une terrasse…

 

En contrepartie, le prêteur devient votre fournisseur exclusif avec des volumes définis lors de la signature. Cela vous oblige donc à assurer un certain débit pour écouler les stocks et honorer votre contrat.

Subventions : solliciter une aide à la création d’entreprise

Les collectivités locales, en particulier les régions, accompagnent les entrepreneurs à travers des subventions pour la création d’entreprise. Pensez à les solliciter pour ouvrir votre restaurant.

 

L’État a aussi mis en place des dispositifs comme l’Acre (Aide à la création ou reprise d’entreprise) qui permet d’être dispensé de cotisations sociales pendant deux ans.

 

Enfin, il existe de nombreux organismes publics qui viennent en aide aux entrepreneurs. Ils peuvent par exemple fournir une avance sous forme remboursable, comme le prêt d’honneur. Les deux principaux réseaux à contacter sont Initiative France et le Réseau Entreprendre.

Bénéficier d’un capital constitué par des investisseurs

Autre option pour bénéficier d’aides financières pour ouvrir un restaurant : trouver un investisseur. Au-delà de l’aide financière, l’investisseur pourra également vous épauler dans les prises de décisions.

Co-créer l’établissement avec un associé

Si vous choisissez de vous associer, vous devez faire un pacte d’actionnaires. Vous partagez alors les risques financiers, mais aussi le pouvoir décisionnaire. Il est donc primordial de s’assurer que votre partenaire partage votre vision du projet.

Les business angels

Ces investisseurs s’intéressent uniquement aux projets à fort potentiel, visant des chiffres d’affaires supérieurs au million d’euros. Ils investissent dans ces entreprises en entrant au capital. Ils vous accompagnent ensuite pour assurer le succès de votre un projet.

 

Il existe de nombreux clubs, fédérés dans le réseau France Angels. Vous pouvez lever des sommes de plusieurs centaines de milliers d’euros.

Faire appel aux particuliers pour financer son restaurant

Mains réunies pour s'entraider

Crowdfunding : lancer une collecte de dons

Lancez une campagne de financement participatif sur une plateforme en ligne (Kisskissbankbank, Ulule, Tudigo …). Cette démarche vous permet de solliciter les internautes en leur présentant votre concept de restaurant et en affichant la somme dont vous avez besoin pour ouvrir un restaurant. Proposer des contreparties, comme des réductions sur repas, pour vos généreux donateurs.

Le crowdlending : emprunter à des particuliers

Comme pour le crowdfunding, tout se fait via une plateforme. Des particuliers vous prêtent les fonds dont vous avez besoin pour lancer votre restaurant. Attention, il ne s’agit pas de dons. Vous devez leur verser des intérêts. Par exemple, sur Tudigo, les prêts s’échelonnent entre 3 et 6 ans avec des taux annuels de 4 % à 10 % selon les projets.

Le Love money : se faire aider par ses proches

Faites appel à votre entourage pour réunir des capitaux pour renforcer vos fonds propres. Votre famille et vos amis sont vos meilleurs alliés pour vous lancer. Leur participation est un geste d’encouragement. Avantage : ils ne seront pas intrusifs dans la gestion de votre entreprise.

Les sources de financement sont nombreuses pour ouvrir son restaurant, mais certaines seront plus pertinentes que d’autres. Tout dépend de votre projet. Par exemple, si vous voulez ouvrir un restaurant avec une forte dimension écoresponsable, vous pouvez vous attendre à un fort enthousiasme des internautes. Une campagne de crowdfunding est toute désignée. À l’inverse, si vous espérez une rentabilité forte et rapide, il peut être plus pertinent de se tourner vers des business angels qui privilégient un bon retour sur investissement.